© 2011 oldslike10

rencontre avec Jelka / meeting with Jelka

Vendredi 18 mars 2011,

Hier soir, Tea est passé  pour nous emmener à quelques kilomètres de là pour rencontrer Jelka, une femme tatouée toute disposée à nous recevoir.

Nous arrivons chez Jelka et son mari Ilija, comme à chaque fois on reçoit l’aide d’un voisin qui nous indique la bonne maison. On commence par admirer les ouvrages traditionnels, costumes mortuaire et broderies réalisées par notre hôte. Chaque région ou village à ses propres motifs et on se plait à écouter leurs significations.

Il ne se passe pas beaucoup de temps avant que soit sortis, la viande séchée, le pain maison, la bière fraiche et la slivovica… On restera 3 heures en leur compagnie…

Jelka est née en 1942, elle se souvient qu’autour d’elle beaucoup de femmes et de jeunes filles étaient tatouées. Elle a grandi à Kraljeva Sutjeska, avant la guerre ils vivaient là bas, ils s’y sont mariés aussi, ils y retournent pour cueillir les prunes, c’est beaucoup de souvenirs heureux mais aussi la guerre. Elle se souvient et des larmes discrètes emplissent sont regard. Elle nous parle de ses voisins musulmans, ils étaient amis se sont aussi entraidés, ils se sont serrés fort à leur retour d’Allemagne ou tous deux s’étaient réfugiés.

Elle à été tatouée à quatre reprises, une première fois entre copines, on ne distingue plus que quelques traces de cette tentative ratée. Un peu plus tard vers 10 ans ses frères et sœurs à l’encre sur le bras droit, c’était douloureux fait avec une simple aiguille. Ensuite le bras gauche vers 13 ans et enfin à l’intérieur de l’avant bras droit son prénom, son nom abrégé et son année de naissance. Dans sa région les hommes aussi se tatouait, un point au dessus des lèvres à droite pour se reconnaitre.

On sort aussi les albums photos, on repense à ce mariage où 60 couples se sont unis le même jour… Autre pratique héritée de la période de l’occupation ottomane et du droit de cuissage. Ainsi en se mariant ensemble le « seigneur » devait choisir et beaucoup y échappaient.

On resterait des heures à les écouter mais il se fait tard, ils nous invitent à revenir les voir si l’occasion se présente, en attendant Ilija nous offre une petite bouteille de Slivovica pour la route.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Friday, March 18, 2011,

Last night we went with Tea, a few kilometers away to meet Jelka, a tattooed woman ready to talk with us.

We arrive at Jelka and her husband Ilija, like every time you get help from a neighbor who tells us the right house. We begin by admiring the traditional works, embroidery and mortuary costumes handmade by our host. Each region or village has its own grounds and we like to listen to their meanings.

It doesn’t take much time before comes, dried meat, homemade bread, fresh beer and slivovica …  we will stay 3 hours with them …

Jelka was born in 1942, she remembers around her many women and girls were tattooed. She grew up in Kraljeva Sutjeska, before the war they lived there, they were married there too, they return to pick the plums, is a lot of happy memories but also war. She remembers the tears are discretly coming. She tells us about their Muslim neighbors, they were friends have also helped each other, they were so happy on their return from Germany where they had fled.

She has been tattooed four times, once with friends, we no longer distinguish few traces of this failed attempt. A little later about 10 years old his brothers and sisters with ink on his right arm, it was painful made with a simple needle. Then the left arm at 13 years old and finally inside the right forearm first name, short name and year of birth. In his region’s men also tattooed, one point above the lips at right to recognize each other.

We also watch photo albums, we look back on this wedding, day when 60 couples were united the same day … Another practice inherited from the period of Ottoman occupation and of  « droit de seigneur ». And by marrying the same day the « Lord » had to choose, then many escaped.

We would listen  hours and hours but it’s getting late, they invite us to come back to visit whenever we come back. Ilija offers us a small bottle of Slivovica for the road.

One Comment

  1. Briscard
    Posted 27 mars 2011 at 12:50 | #

    Très intéressant ces rencontres autour des femmes tatouées, j’aimerai en savoir un peu plus si vous avez un lien ou autre… J’ai trouvé un PDF très intéressant Le tatouage féminin dans les sociétés anciennes et traditionnelles : beauté, sexualité et valeurs sociales

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>