© 2011 square_sar

Sarajevo / Сарајево

Vendredi 11 mars 2011,

Nous sommes à Sarajevo depuis 6 jours… c’est une capitale à taille humaine, on s’y déplace facilement à pied et malgré les stigmates de la guerre c’est une très belle ville au milieu des montagnes.

A notre arrivée nous avons passé trois jours chez Sarah et Traver, un jeune couple américain, dans un bel appartement du centre ville. Nous causons beaucoup de politique, aussi des USA, ce qui jusque là ne s’était pas vraiment présenté.

Nous avons aussi rencontré différentes personnes… contacts glanés sur notre route. Sensation d’un pessimisme ambiant et d’une situation économique et politique bien précaire.

Marinela est souriante, la quarantaine bien passée elle travaille en lien avec l’Europe et le gouvernement. Elle ne peut pas beaucoup bouger car elle prend soin de ses parents … c’est pourtant pas l’envie qui manque. Dans l’ensemble pour elle, la situation ici, est pire qu’elle ne l’était il y a 15 ans à la fin de la guerre. A cette époque là, les gens n’avaient plus rien mais ils s’entraidaient, ils voulaient que la guerre cesse. Aujourd’hui ils sont de plus en plus individualistes et de nouveau divisés, l’école elle même est séparée.

Après quelques jours d’un temps froid et neigeux, un grand soleil annonce le printemps… Nous somme surpris par le succès de la journée de la Femme par ici, pire qu’une St Valentin… Pas une femme dans la rue sans une fleur à la main et de nombreuses personnes en congés ce jour là.

Jeudi, après une nuit passée dans un petit hôtel extrêmement bon marché, nous découvrons la vieille ville, Baščaršija, ancien quartier ottoman et dégustons notre premier burek. Puis nous partons pour une traversée en tram, direction Ilidza pour rencontré Almir de l’association vidéo FKR. On ne le filmera pas, il n’a pas envie de donner son avis. Pourtant il nous parle et s’anime sur de nombreux sujets. Il nous dit que les gens ont faim mais que personne ne bouge ou trop peu. Avec son équipe, ils traitent de différents sujets de société et surtout des jeunes.

Hier après-midi nous avons pris nos quartier, dans un appartement généreusement prêté par David un ami de Sarah et Traver.

Ce matin, café au soleil avec Nihad, la trentaine, écrivain bosnien. Il ne nous parlera pas d’engagement, pour lui l’écriture est une nécessité. Si il a porté l’uniforme, jeune à 18 ans, il ne le referait pas… si une guerre commençait il partirait loin. Il est pessimiste sur la jeunesse bosnienne et sa capacité à prendre part et à questionner la société. Les récents événements de l’histoire ne sont pas enseignés … uniquement transmis par voix orale, ils se déforment et créent souvent divisions et ressentiments.

Demain, dernière rencontre à Sarajevo avec Damir Niksic, artiste bosnien à l’occasion du vernissage d’une BD co-écrite avec Gilles Kraemer « Le Tombeau perdu d’Alexandre le grand »…

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Friday, March 11, 2011,

We are in Sarajevo since 6 days … it is a human-sized city, easy to walk around and despite the scars of the war a beautiful city surrounded by mountains.

When we arrived we spent three days with Sarah and Traver, a young American couple, in a nice apartment downtown. We talk a lot about politics, also about USA, which didn’t really happened until now…

We also met various people … contacts gleaned on our way. Feeling a pessimism and a precarious economic and political situation.

Marinela is smiling, well past their forties, she works closely with Europe and the government. She can not move much because she takes care of  parents … otherwise she will probably move. Overall for her, the situation here is worse than it was 15 years ago at the end of the war. At that time, people had nothing but they helped each other, they just wanted the war to end. Today they are becoming more individualistic and again divided, the school itself is separated.

After several days of cold weather and snow, bright sun heralds spring … We are surprised by the success of the Women’s Day here, worse than a Valentine day in Europe … No woman in the street without a flower in hand and many people on vacation that day.

Thursday, after a night spent in a small hotel, extremely cheap, we discover the old city, Baščaršija, old Ottoman district and tryed our first burek. Then we leave for a journey by tram, Ilidza direction, to  met Almir from video association FKR. We do not shot, he doesn’t want to give his opinion. he still tells us alive on many subjects. He tells us that people are hungry but nobody moves or too little. With his team, they address different issues in society and especially young people.

Yesterday afternoon we took our neighborhood, in an apartment generously lent by David, Sarah and Traver’s friend.

This morning, coffee in the sun with Nihad, thirties, Bosnian writer. We do not speak about commitment, for him writing is a necessity. If he wore the uniform, young at 18, he won’t do it again … if a war would start he would go away. He is pessimistic about Bosnian youth and their ability to participate and to question society. Recent events in history are not taught … transmitted only by oral ways, they are deformed and often create divisions and resentments.

Tomorrow, last met in Sarajevo with Damir Niksic, Bosnian artist, at the opening of a comic book co-written with Gilles Kraemer « The Lost Tomb of Alexander the Great » …

One Comment

  1. Briscard
    Posted 15 mars 2011 at 8:23 | #

    J’espère que vous allez bien les amis. Merci, je viens de découvrir Damir Niksic et je dois dire que j’aime beaucoup. Parallèle facile avec la grande Marina Abramovic (même si elle est serbe, elle) dont je vous laisse savourer le Balkan Erotic :

    http://www.stream.cz/video/568255-marina-abramovic-balkan-erotic-epic

    Bisettes

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>