© 2010

Syrie – Syria

Vendredi 03 décembre 2010.

Lundi, une journée de dingue pour rejoindre Aleppo… Nous prenons un dolmus (minibus) pour Reyhanli … Sur place un véritable jeu de piste pour trouver Cilvegözü, ou la frontière Syrienne. Bus, stop… nous y voilà… 18h30 l’épopée commence. Juste devant la douane turque… nous embarquons dans une première voiture, début d’un dialogue mi anglais mi turc. Il serait question d’argent, un taxi pas bien conventionnel. Passer à pied n’y pensez pas ! Il n’y a plus de bus à cette heure ci…

Là, on ne fait pas les malins. Au final on change de voiture sans trop comprendre pourquoi, direction la Syrie moyennant 1500 Lires Syrienes ou 25€. Cemal (jemal) notre chauffeur, la quarantaine dans sa veille merco est visiblement un homme modeste qui « traficotte » un peu. Sortis de Turquie, nous allons au bureau des visas… Là, un gros bonhomme dort devant un match de foot. Visa ? Peut-être… revenez dans deux heures, nous verrons « maybe yes maybe no ». Le temps pour nous de boire un café, de « causer » par « point it » interposé …

Cemal est père de famille, il a l’air triste et nous partagerons avec lui de longs moments de silence et quelques sourires. De retour au bureau des visas, le gros bonhomme commence a remplir les papiers puis plus rien… Un couple macédoniens partage notre attente. Le gros bonhomme revient pour menoter un homme au radiateur… ça refroisit un peu. Au final après trois heures, monsieur l’officier des douanes bien portant nous délivre les visas moyennant 2600 Lire S ou 43€.

23h00, après un passage de frontière un peu rocambolesque et une panne d’essence nous arrivons enfin à Aleppo. Il est tard, le temps de trouver un hôtel, manger un morceau et déjà au matin nous partons pour Damas avec la déception de n’avoir point vu Aleppo cette fois ci.

S et son Ami F nous accueillent square Bab Toumam, le trafic est dense en fin de journée à Damas… Bus, puis hophop, une petite heure pour rejoindre l’appartement situé dans les hauteurs de la ville. S tout en préparant le dîner nous met à l’aise. Son petit deux pièces est modeste et il ne cesse de s’en excuser. Très vite J son colocataire et H un ami nous rejoignent.

Nous passerons avec eux trois jours. Ils sont kurdes et la vie n’est pas simple pour eux en Syrie. Ils n’ont pas le droit de parler leur langue maternelle et bien souvent de sortir du pays. Ils sont étudiants et se livrent facilement puisque nous ne parlons pas l’arabe. Ici il est déconseillé de parler librement de bien des sujets… Nous sommes là pour des raisons touristiques insistent ils.

Nous sommes pas bien fiers avec nos jolis passeports européens et nous prenons là une bonne leçon d’humilité. Nous parlons aussi de nos familles, de coutumes, de religion, de politique, de l’europe, du Kurdistan, ils nous apprennent aussi quelques mots de leur langues. Malgré le pessimisme l’ambiance est joyeuse et détendue.

S et H nous font la visite, le souk, le vieux Damas, la Mosquée des Omayades, le mont al-Qassioun … La ville est belle.
……………………………………………………………………………………………………………….

Friday, 03 december 2010

On Monday, a nutcase day to join Aleppo… We take a dolmus (van) to Reyhanli… There a hard game to find Cilvegözü, or the Syrian border. Bus, hitchiking, at 6:30 pm the epic begins. Just in front of the Turkish customs we embark on a first car, at the beginning of a dialogue half English half Turkish. It’s question of money, of a not very conventional taxi. Pass the border by feet do not think about it! There is no buses anymore at that time…

There, we are not so proud. Finally we change car without understanding why, direction Syria for 1500 Syrian pounds or 25€. Cemal (jemal) our driver, about forty in his old merco is apparently a modest guy who traffic a little. Taken out of Turkey, we go to the visas office … There, a fat guy sleeps in front of football game. Visa? Come back within two hours, we shall see « maybe yes, maybe no ». The time for us to drink a coffee, « to talk » by « point it » interposed…

Cemal is a head of family, he looks sad and we share with him long moments of silence and some smiles. Back to the office of visas, the fat guy begins to fill papers then nothing more… A macedonians couple shares our wait. The fat guy come back to attached a man to the radiator… no coment. In the end after three hours, Mister border officer delivers us visas for 2600 SL or 43€.

11:00 pm, after a little bit weird passing of  border and a lack of petrol we finally arrive in Aleppo. It is late, the time to find a hostel, to eat  and already in the morning we leave for Damascus with the disappointment to not have seen Aleppo this time.

S And his Friend F welcome us in Bab Toumam square, the traffic is intense at the end of the day in Damascus … Bus, then hophop, a small hour to join the apartment located in the heights of the city. While preparing the dinner S puts us comfortable. His small two rooms flat is modest and he does not stop apologizing for it. Soon J his roomate and H a friend join us.

We will pass  three days with them. They are Kurdish and the life is not simple for them in Syria. They have no right to speak their mother tongue and very often they cant go out of  the country. They are students and speack easily to us because we do not speak Arab. Here it is disadvised to speak freely about many subjects … « You are here for touristic reasons only »… they insist.

We are not very proud with our attractive European passports and we take a good lesson of humility there. We also speak about our families, of customs, religions, politics, Europe, the Kurdistan, they also teach us some words of their language. Despite the pessimism the atmosphere is joyful and relaxed…

S And H play the guides, the souk, old Damascus, the Umayyad Mosque, al-Qassioun mount … The city is beautiful.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>