© 2011 freegeek_van2

Free Geek Vancouver

Vendredi 30 septembre 2011,

Nous avons de nouveau rencontré l’association Free Geek Vancouver qui fait partie d’un réseau né à Portland et qui a essaimé dans 11 villes d’Amérique du nord.

Les locaux  se situent dans une zone industrielle pas très loin de notre quartier.  Au premier étage se trouve un magasin d’informatique et de pièces détachées d’occasion et au second l’espace dédié au traitement du matériel. L’ambiance y est amicale, on nous invite a entrer en attendant qu’un des responsables soit disponible. On y croise toute sorte de gens, de tout âges, toutes catégories sociales… tous affairés sur le démontage, le trie ou encore le test de matériel fraichement reçu. Jessica est une des 4 salariés qui encadrent la structure, elle nous explique qu’au Canada 80 % des déchets électroniques (e-waste) sont exportés par bateau vers l’Asie ou l’Afrique où ils sont recyclé de manière sauvage et catastrophique pour les ouvriers (souvent des enfants) et l’environnement.

L’action de Free Geek tend a réduire ce pourcentage tout en favorisant l’accès a l’ informatique.

Concrètement, le matériel mit au rebuts par les entreprises ou les particuliers est collecté et trié : ce qui est fonctionnel, est réutilisé pour crée de nouveaux ordinateurs, le reste est démantelé pour être recyclé localement. L’essentiel de la tâche est assuré par des volontaires qui, après 24 heures de travail, peuvent « adopter » un ordinateur prêt a l’emploi équipé avec un système Linux… Parallèlement, il y a une « clinique », ouverte a tous le mercredi soir, où chacun peux venir chercher une solution aux problèmes qu’il rencontrent dans l’installation ou l’utilisation de son ordinateur.

Nous sommes étonnés par le nombre important de volontaires (plus de 400), nombreux sont ceux qui viennent régulièrement pour acquérir des compétences. D’autres nous confient que c’est pour eux le moyen d’acquérir un ordinateur et c’est tout aussi honorable car la meilleure manière de réduire l’empreinte écologique d’un déchet électronique est de le réutiliser. Un principe si simple et pourtant si peu développé…

……………………………………………………………………………………………………………

Friday, September 30, 2011,

Meeting in Vancouver with the Free Geek organization that is part of a network born in Portland and has spread to 11 cities in North America.

They are located in an industrial area not far from our neighborhood. On the first floor is a computer shop and used spare parts and  the second space is dedicated to the processing equipment. The atmosphere is friendly, we are invited to enter until a leaders is available. We meet all kinds of people of all ages, all social groups … All busy on the dismantling, sorting, or the newly received test materials. Jessica is one of four employees that frame the structure, she explains that in Canada 80% of electronic waste (e-waste) is exported by ship to Asia or Africa where they are recycled so wild and catastrophic workers (often children) and the environment.

Free Geek’s action tends to reduce this percentage while promoting it’s access.

Specifically, the material put in trash by businesses or individuals is collected and sorted: what is functional, is reused to create new computers, the rest is dismantled for recycling locally. Most of the job is done by volunteers who, after 24 hours of work, can « adopt » a computer ready for use with a Linux system … Meanwhile, there is a « clinical », open to all on Wednesday night, where everyone can come and seek a solution to their problems in the installation or use of his computer.

We are surprised by the large number of volunteers (over 400), many people who come regularly to gain skills. Others tell us that it is for them the means to acquire a computer and just as honorable as the best way to reduce the ecological footprint of electronic waste is reused. A principle so simple and yet so little developed …

One Comment

  1. Briscard
    Posted 10 octobre 2011 at 7:25 | #

    On en parlé dans le reportage sur Portland qui est passé il y a peu sur Arte, en même temps que LA librairie féministe de la ville – tellement révélatrice de l’ambiance de la ville (il parait) que cette dernière revient à plusieurs reprises dans l’hilarant Portlandia.

    Bises les gars et merci pour la carte !!!

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>