© 2011 playa_sihan4blog

Sihanoukville

Samedi 13 août 2011,
 
Arrivés à Sihanoukville, nous sommes accueillis chez Roland, écrivain américain installé ici depuis quelques années. Il aime cultiver son jardin, griller son café et faire son pain. C’est l’occasion, pour nous, de lui faire découvrir un peu de cuisine française et de son côté il nous explique comment il fabrique son propre fromage…une conversation qui suscite un vif intérêt de notre part…

Après deux jours et quelques recherches infructueuses, nous échouons sur une des plages de la ville. Le coût de la vie y étant plus qu’abordable, nous décidons de nous y établir quelques temps. Dés lors, nous nous fondons avec délice dans l’ambiance de farniente partagée par les touristes essentiellement européens. Les baignades, les parties de coinches, les coup de soleils et les barbecues à grand renfort de crevettes, calamars et autres barracudas rythment nos journées.

Il y a aussi des vendeurs ambulants, des esthéticiennes qui tiennent absolument à vous épiler le dos ou vous faire une manicure, un peu plus loin les enfants qui vendent des feux d’artifices ou des mutilés qui font la manche. On s’imagine mal être venu là en pleine saison car si le cadre peut sembler « paradisiaque », il doit devenir étouffant lorsque les innombrables terrasses de bar et restaurant sont remplies. Il nous a fallu 5 jours pour nous lasser de cette parenthèse où notre principal soucis aura été de retrouver les origines du shifumi et de compter nos cheveux blancs… Ce midi nous partons pour Kampot à une centaine de kilomètres.

…………………………………………………………………………………………………………………….

Saturday, August 13, 2011,
 
Arrived in Sihanoukville, we are greeted by Roland, American writer settled here since few years. He likes to cultivate his garden, roast his coffee and to make his own bread. This is an opportunity for us to let him experience a bit of French cuisine and in turn he explains how he makes his own cheese … a conversation that aroused keen interest from us …

After two days and several unfructuous searches, we fail on the beaches of the town. The cost of living is very affordable, we decided to stay here some time. Henceforth, we use with delight in the ambience of lazing shared by the tourists, mainly European… Swimming, card games of the sunburn and barbecues with a lot of shrimp, squid and other barracudas punctuate our days.

There are also street vendors, beauticians who insist on removing hair back or to get you a manicure, a little further children who sell fireworks or mutilated or people begging . It is hard to imagine coming here in high season, because if the course may seem « paradise », it must become stifling when countless sidewalk bar and restaurant are full. It took us five days to get tired of this interlude in which our main concern has been to trace the origins of shifumi and count our gray hairs … At noon we leave by bus to Kampot a hundred kilometers away.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>