© 2011 ontheway2

Bluesun in the sand

Dimanche 30 mai

Vendredi, départ pour la campagne, enfin !…nous accompagnons les collectifs d’artistes indépendants Bluesun et Nomadic Waves pour la préparation et le tournage d’un Court-métrage…Rendez vous est pris dans leur ateliers « Art Studio » à la sortie de la ville.

Apres avoir chargé les voitures, attendu les retardataires et decidé de prendre un vehicule de plus, nous voici 19 au lieu des 14 prévus à prendre la route vers Harohin (Karakoroum) pour un trajet qui devrait durer 4 heures… premier arrêt pour regonfler les pneus, le second pour finalement se separer de la voiture supplémentaire, un troisième pour manger, une panne et quelques pauses pipi plus tard c’est 10 heures qu’il nous faudra avant de trouver l’endroit où poser le campement…vers 5 heure du matin.

Un périple qui semble étrangement ordinaire et qui se déroule dans la bonne humeur malgré les conditions…
Une fois les tentes et  la « mini yourte » montées, on partage un verre de vodka sous les premiers rayons de soleil qui revèle un paysage grandiose…mélange de montagnes, steppes et dunes de sable.

Après quelques heures de sommeil, le soleil donne de toute son intensité, on s’affaire a préparer le feu et le repas : soupe de mouton et legumes… progressivement le temps change et il nous faut batailler avec le vent pour maitenir la tente au sol et  pluie et tempête de sable viennent pertuber la quiétude de la journée.

Chacun profite des alcamies pour commencer a préparer ses éléments de décor ou prendre le temps d’une ballade dans les dunes… mais avec les caprices du temps difficile d’être productif…

Le soir on trouve refuge dans deux grandes yourtes d’un camp touristique non loin de là… réunion à la bougie avec le réalisateur arrivé en soirée… le tournage aura bien lieu…

Le lendemain, toute l’equipe est a pied d’oeuvre des 5h et l’on enchaine les prises, il y a toujours beaucoup de vent et il nous est difficile de trouver un endroit pour mener quelques interview. On perçoit un collectif fort, certainement lié à la culture nomade mongole que chacun intègre dans son travail, Eya s’intéresse au Mongol sans son cheval, Bolko utilise une « mini yourt », Kholbo l’argal…. Ces rencontres sont passionantes et on reste un peu sur notre faim  au moment de quitter le tournage pour rejoindre la capitale… On se console en se disant que l’on ne pouvait pas mieux finir notre étape Mongole…

……………………………………………………………………………………………………

Sunday, May 30

Friday, going to countryside, finally! … We with two collective of independent artists Bluesun and Nomadic Waves preparing and shooting a short film … meeting in their atelier  »Art Studio » out of the city.

After having loaded the car, waited for latecomers and decided to take a car more, here we are 19 instead of 14 expected to hit the road to Harohin (Karakorum) for a trip of four hours … what was plan. first stop for re-inflate the tires, the second a to separate from the additional car, a third for food, finally a breackdown and a few pee breaks later, 10 hours later we finally arrive to destination …  five in the morning.

A journey that seems strangely ordinary and takes place in good spirits despite the circumstances …
Once the tents and mini yurt mounted, we share a glass of vodka under the first rays of sun that reveals a fantastic landscape … great mixture of mountains, steppes and sand dunes.

After a few hours of sleep, the sun provides all its intensity, it is preparing the fire and the meal: soup of mutton and vegetables … gradually the weather changes and we have struggled with the wind mantaining the tent on the ground, then rain and sand  sand storms are disrupting the tranquility of the day.

Everyone try to begin preparing its decorative features or take time for a stroll in the dunes … but with the vagaries of the weather hard to be productive …

In the evening we find refuge in two large yurts in a tourist camp nearby … meeting with the director  … the shoot will go ahead …

The next day the entire team is hard at work since 5am and we chained outlets, there is always plenty of wind and it is difficult to find a place to do some interview. We perceives a strong collective, certainly linked to the Mongolian nomadic culture that each of them put in his work. Eya on the Mongol without his horse, Bolko uses a « mini yurts », Kholbo argal …. Those meetings are exciting and we are fustrated  we have to leave the shooting to reach the capital … We still feel we couldn’t finish better our Mongolian time …

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>